Effondrement : quel scénario en France ?

Effondrement : quel scénario en France ?

Partagez !

L’effondrement a déjà commencé : le T0 étant l’annonce du confinement de Mars 2020. Ce n’est pas un phénomène instantané, le processus va se dérouler sur plusieurs années. Quel pourrait être le scénario de cet effondrement en France ? Voici une tentative de projection dans plusieurs domaines. J’ai essayé de sortir mon doigt mouillé pour positionner quelques ordres de grandeurs sur les dates en fonction des crises.

Effondrement de la monnaie

Voici probablement la plus certaine des conséquences directes du COVID : L’accélération de la mort du roi dollar. La FED imprime la monnaie a foison et parle ouvertement d’objectif d’inflation. Le dollar n’est plus une valeur refuge, tout comme l’euro ou n’importe quelle monnaie FIAT.

Les différentes banques centrales sont en train de mettre en place au travers des monnaies numérique un moyen de contrôler vos économies pour que vous n’échappiez pas à la taxe sur compte courant en retirant vos espèces. 0,5 % de frais : c’est le taux qui est facturé sur le montant de la somme dépassant 50 000 € sur le compte courant N26. Ce taux va augmenter et le plafond diminuer.

On vous prend un d’un côté et de l’autre, le coût de la vie va augmenter. Nous allons rembourser la dette en monnaie de singe et perdre en pouvoir d’achat. L’échéance est incertaine, nous pourrions voir une inflation du dollar à 2 chiffres dès 2021 suite à la 2ème vague du COVID qui va encore affaiblir l’économie occidentale. La Chine devrait mieux s’en tirer.

Au passage : j’en parle déjà dans cet autre article, le bitcoin est certainement une bonne réserve de valeur. Certaines cryptomonnaies ont les caractéristiques d’une bonne monnaie : on peut citer le dash (anonyme) ou le litecoin. Elles sont déjà utilisées dans les pays qui connaissent une forte inflation (vénézuela, liban…) Autre preuve, certain pays comme la Russie limitent fortement l’accès de leur concitoyens aux cryptos. PayPal vient d’accepter ce mode de paiement. Le Salvador accepte le bitcoin comme monnaie officielle.

Effondrement du système de santé

La vague du COVID si rien n’est fait à temps va pour sûr fragiliser le système de santé. On constate déjà des démissions en cascades dans les hôpitaux chez les soignants. Sous-payés et sous pression avec des horaires de malade, ils ne vont pas tenir longtemps… Ceux qui restent sont les plus engagés, et donc les plus exposés (et fatigués). Ils mourront plus facilement du COVD. Plus de 7 000 soignants sont morts dans le monde.

Au passage : un outil de traitement des cas graves existe ! Il s’appelle Cannabis. Autant dire que le temps de réaction en France sera bien long avant de vous faire soigner ainsi. J’en parlais en début d’année dans cet autre article. Depuis d’autres preuves sont venues s’accumuler.

Peut être que le système survivra à cette vague, mais pas à une nouvelle contamination par un nouveau virus… ou à une 3eme vague en Mars/Avril 2021.

Les personnes qui auraient dû se soigner ont reporté leur opération ou leur traitement devant la crainte du COVID. On allons observer en 2021 une sur-mortalité importante.

Concrètement, l’accès aux soins intensifs sera aléatoire en fonction du territoire ou vous vous trouvez, il vaudrait mieux vous éloigner des grandes agglomérations ! Les cancers seront moins bien soignés.

La dégradation sera progressive et commence dès aujourd’hui. Ne faut il pas payer un forfait pour se faire prendre en charge ? Beaucoup de médicaments sont en pénurie. L’accès aux soins se dégrade. Les meilleurs médecins vont dans le privé. On ne retrouvera peut être jamais le niveau de sécurité pre-covid.

Approvisionnements en eau et en électricité

Dès l’été 2021, nous pourrions observer des coupures d’eau et d’électricité si la canicule est là.

Globalement la résilience du réseau diminue. La France dépend beaucoup du nucléaire et les réacteurs doivent être refroidis. Si il n’y a pas d’eau les réacteurs ne peuvent pas fonctionner.
Le parc de réacteurs est vieillissant et nous avons scandaleusement fermé certains d’entre eux (Fessenheim…) Nous ne sommes pas passé loin du blackout en 2020. La France vient de rallumer quelques centrales à charbon, mais avec quel stock et quelles conséquences sur le réchauffement climatique ? Tiens, le gouvernement confirme qu’il entend fermer 14 réacteurs nucléaires d’ici 2035.

Mieux vaut donc se prémunir d’une coupure d’eau en prévoyant un système de récupération des eaux pluviales et un bon système de filtration.

On peut également investir dans l’énergie renouvelable. Le solaire sera de plus en plus rentable avec le réchauffement.

Pour les coupures hivernales, privilégier un bon poêle à bois par rapport à des pellets et une table de cuisson au gaz plutôt qu’a électrique. (ou mixte !)

Vagues d’immigration

Bonne nouvelle ! En France, au pays de la bonne bouffe, nous ne souffrirons pas tout de suite de la faim. Notre climat nous permettra de survivre aux sécheresses de plus en plus intenses pour un bon moment encore.

En revanche, le réchauffement climatique induit des conséquences démesurées dans de nombreux endroits du monde qui vont devenir invivables, soit car trop secs et chaud, soit car plus à manger soit car les débordements sociaux rendront la vie impossible. Les territoires ou la vie est disons confortable vont se réduire. La France en fait partie et va donc attirer de nombreuses personnes en recherche de stabilité. Au rythme des annonces du GIEC toujours plus pessimistes, cela ne va pas se produire dans 50 ans mais plutôt dans 3 ou 4 ans (2023 ou 2024)

Les camps de réfugiés vont se multiplier, la précarité va augmenter, la délinquance aussi dans la foulée. Investissez dans un bon système de fermeture et des grilles à vos fenêtres, car les gens qui ont faim sont violents. La survie amène des comportements extrêmes. Quiconque a besoin d’eau ou de manger sera prêt à franchir les limites.

Les populations africaines viendront chercher refuge chez nous par la mer et arriveront via l’Espagne, l’Italie ou directement sur nos plages. Les pays de l’est sont également une porte d’entrée (via la Turquie).

Augmentation du prix du pétrole

Le pétrole est scandaleusement peu cher. Selon Jancovici, 1 litre de pétrole rend les mêmes services énergétiques que 100 esclaves pendant 1 journée de travail. Le tout pour la modique somme de 1,5€ …

Par ailleurs, le prix du pétrole est totalement décorrélé avec sa rareté pour une raison qui m’échappe encore. Les puits de pétroles non conventionnels n’étant plus rentables, ils seront arrêtés cette année ou l’année prochaine (à moins qu’ils ne soient subventionnés ou nationalisés…).

Dans les faits, on constate aujourd’hui plutôt une déflation. C’est à mon sens une grossière illusion. Le pétrole est maintenu artificiellement bas par la demande qui baisse et une manipulation des cours. Comme les prix dépendent essentiellement du prix du pétrole. Si le pétrole monte, le prix de votre baguette aussi !

Le pic de pétrole conventionnel a été atteint en 2008. L’OCDE est déjà en régression de production. 50% des approvisionnements de l’UE sont voués au déclin sur la période 2020-2030. L’approvisionnement européen a ainsi diminué de 0,5% par an depuis 2008. Les flux d’investissement se désintéressent petit à petit de cette énergie qui est néfaste à l’environnement (CO2).

Avec le retranchement national des producteurs, le retour des frontières et la démondialisation globale qui en découle, les lois de l’offre et la demande devraient reprendre leur bon droit.

Nous observerons probablement un nouveau pic pétrolier à la reprise économique suite à 2ème ou 3ème vague (début ou fin 2021). Le jour par exemple où des tensions apparaitront avec le moyen-orient, le baril pourrait monter en flèche et atteindre 100€. Ce jour là, votre plein de gasoil fera x3 en quelques jours. Cette brutale rupture sera suivie d’une augmentation soutenue sur les années suivantes.

Si la rareté et l’accessibilité ne reprennent pas le dessus, une taxe carbone pourrait bien rendre le baril plus cher de façon progressive. Le juste prix tenant compte de l’impact environnement serait probablement plus autour de 250€ le baril.

Évidemment, un tel pic pétrolier se ressentira bien vite sur la chalandise des magasins qui seront de plus en plus vide et tout sera de plus en plus cher. Tout le monde ne mangera pas à sa faim en 2022 à commencer par les émigrés, les sans salaires et même les retraités. Les cadres moyens qui ont réussi à garder leur emploi auront du mal à joindre les deux bouts. Seuls les élites continueront à boire du champagne en classe affaire. Ce qui nous amène à …

Révolution !

La montée des inégalités ne peut que faire dégénérer le climat social. Les 10 % du haut de l’échelle des revenus touchent en moyenne 7,1 fois ce que touchent les 10 % du bas. Les gilets jaunes sont confinés ou en couvre feu… Le feu ne peut pas rester couvert trop longtemps sinon la cocotte va exploser.

Une fois les vacances passées et le pass sanitaire entériné, les centres villes seront le théâtre de débordements de plus en plus violents. Les black blocks seront de retour.

A cela s’ajoutera des tensions religieuses qui sont déjà palpables dû à la montée de l’islamisme radical qu’on observe depuis quelques années. Les attentats vont revenir sur le devant de la scène.

La population veut des responsables et la guerre civile menace notre pays. L’instabilité et l’insécurité seront notre pain quotidien surtout en ville.

Messieurs les riches, vos villas seront peut être pillées, vos résidences secondaires squattées. Vos enfants violés puis égorgés. Le tout devant des forces de l’ordre désarmées, démotivées sous-payés et fatigués qui pourront même parfois changer de camps… Des milices privées vont se former.

Conclusion

Messieurs, Mesdames, nous sommes à l’aube d’une période très rude. Il est temps de se préparer : migrez vers la campagne, cherchez la résilience, faites des stocks si vous le pouvez. Ne le faites pas seul, prenez votre famille et vos amis avec vous. Formez des clans, des villages, des alliances…

Préparez discrètement vos défenses et préparez vous à vous en servir pour défendre vos bien.

Cela peut paraitre très sombre. C’est pourtant, j’en ai peur, la triste vie qui nous attend. Pas dans 20 ans… dans 5 à 10 ans, peut-être moins !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *